Birth of Joy – Prisoner

Rating: 9.0 from 10
Note
9.0
Prisoner Birth of Joy 2014, Grand Palais, Rock Deezer iTunes by Kevin
Rating: 0.0 from 10
Note
0.0
Summary rating from 0 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Prisoner
Birth of Joy
2014, Grand Palais, Rock
NOTE
Birth Of Joy - Prisoner
by Kevin

Ma rencontre avec Birth of Joy s’est faite avec la version acoustique de « Otel Money A Way », disponible sur le site du Monde. L’attractivité fut immédiate, mais je ne savais pas encore qui se cachait vraiment derrière ces 3 hollandais. En effet, leurs deux premiers albums sont loin d’être acoustiques, carrément incandescents et électriques plutôt. Ça crie, ça joue fort, et ça a adoré Jim Morrison et Ray Manzarek (qui peut leur en vouloir ?) et les gros groupes des années 60-70.

Prisoner débute donc fort, très fort, avec « The Sound » et « How It Goes » et ce mélange de psychédélisme et de distorsion à tout-va, avec la guitare et les synthés se suivant parfaitement. « Keep Your Eyes Shut » est dans la même veine, avec un final où les synthés laissent peu à peu leur place aux guitares et où la voix de Kevin Stunnenberg fait des merveilles.
A ce stade là de l’album, il est temps de se calmer, et le génialissime « Three Day Road » s’en charge. Pendant 7 minutes, les hollandais vont montrer toute leur maîtrise du blues rock, avec un solo qui semble vouloir tout emballer, mais reste mesuré. Le final est complètement psychédélique avant de finir bien nerveusement. Parfait.
L’intermède étant fini, on repart bruyamment avec « Grow », une chanson qui tient sur un riff. Mais qui tient rudement bien. Ensuite, du bon garage, comme ils savent le faire, avec « Rock And Roll Show », où le fantôme des Doors traîne derrière les amplis. Histoire de montrer qu’ils savent tout faire, « Longtime Boogie » et « Mad Men » se posent là, tranquillement.
L’album se finit par un autre moment de génie avec « Holding One », avant de passer du psychédélisme Morrisien au stoner d’un jeune Josh Homme.

Incroyable réussite mélangeant tous les genres, Prisoner est un des albums de l’année, les hollandais sachant synthétiser toutes leur influences pour un rendu excellent, jamais avares en guitares, avec le chanteur Kevin Stunnenberg, bien soutenu par les claviers et la basse de Gertjan Gutman, le tout emmené par le batteur Bob Hogenelst. Bravo.

N’hésitez-pas à jeter une oreille sur un « best-of » sorti il y a peu, regroupant des chansons non sorties en France.

Track list

1. The Sound
2. How It Goes
3. Keep Your Eyes Shut
4. Three Day Road
5. Grow
6. Rock And Roll Show
7. Longtime Boogie
8. Mad Men
9. Holding On
10. Prisoner
11. Clean Cut