Moaning Cities – Pathways Through The Sail

Rating: 8.0 from 10
Note
8.0
Pathways Through The Sail Moaning Cities 2014, Mottow Soundz, Rock Deezer Bandcamp iTunes by Kevin
Rating: 0.0 from 10
Note
0.0
Summary rating from 0 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Pathways Through The Sail
Moaning Cities
2014, Mottow Soundz, Rock
NOTE
Moaning Cities - Pathways Through The Sail
by Kevin

Vous le savez sûrement, et si vous ne le savez pas, c’est une bonne occasion pour vous rattraper, mais je suis un grand fan de la scène rock belge. De Ghinzu à Hollywood Porn Stars, en passant par dEUS, elle regorge de talent, d’originalité et de diversité. Alors, quand je tombe sur Moaning Cities, je ne peux être qu’heureux. On m’annonce du psychédelisme, du rock and roll, du sitar. Patiemment, j’ai donc attendu la sortie de cet album, en écoutant leur premier EP (très rock & roll !). Vous imaginez aisément ma joie quand l’emballage Mottow Soundz est arrivé dans ma boîte au lettre, directement du plat pays.
Les influences viennent de l’ouest, principalement des 60s et 70s (Doors, Velvet Undeground …), mais aussi de la nouvelle scène (BRMC, Black Angels …). On entend aussi des sonorités orientales, grâce à l’utilisation de sitar ou de saz.
Le tout est bien dirigé et les diverses influences se révèlent au fil de l’album. Le quinquet se veut parfois calme (And Suddenly The Engine Starts), ou au contraire énervé (Please To Lose ou Bread And Games) et laisse parfois ses influences orientales prendre le dessus (Easter et Algiers) quand il ne mélange pas le tout pour faire un cocktail détonnant (Shipbreakers)! Vous l’avez compris, cet album est une franche réussite, avec un ensemble très cohérent.
Après un EP plus qu’encourageant, Moaning Cities passe la vitesse supérieure avec un son maintenant pleinement contrôlé et affirmé, et ses 10 (+1) compositions abondent dans ce sens. Avec un son sans concession, très brut, les belges respectent leurs aînés et construisent leur propre chemin, où ils pourront, on l’espère, voguer librement.

Les coups de coeur de l’album
Shipbreakers
Easter
Peaking Slow