Blue Hawaii – Untogether

Rating: 6.0 from 10
Note
6.0
Untogether Blue Hawaii 2013, Arbutus, Electronic Deezer Grooveshark iTunes par Alexandre
Rating: 0.0 from 10
Note
0.0
Summary rating from 0 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Untogether
Blue Hawaii
2013, Arbutus, Electronic
NOTE
par Alexandre

Je vous avais parlé de Blue Hawaii il n’y a pas très longtemps pour vous présenter « Try to Be » et vous annoncer la sortie de leur premier LP que voici. Avec Untogether, Raphaelle Standell-Preston et Alexander Cowan ont laissé de côté le son pop de leur EP Blooming Summer pour produire un album plus expérimental, mais qui ne prend pas toujours. Ils construisent des morceaux au style minimal où les rythmiques et les ambiances rappellent un peu High Places, pour ensuite les déconstruire, surtout au niveau du chant en samplant, pitchant et modelant différemment la voix de Standell-Preston pour créer des harmonies. Ajoutez à cela une voix qui prend parfois un ton de comptine, sur « Sweet Tooth » notamment, et vous obtiendrez un mélange qui ne sonne pas toujours très bien et qui manque de cohérence. C’est dommage car quand ils prennent le temps de construire et de retrouver le son plus pop de leur EP, c’est là qu’ils font leurs meilleurs titres : « Follow » qui ouvre l’album, « Yours to Keep » ou encore « Daisy » et sa rythmique à la Jacques Greene. Déçu par cet album dont j’attendais plus après cet EP, Blomming Summer, de petite pop plus chaleureuse, que vous trouverez sur leur Bandcamp
Track list
01. Follow
02. Try to Be
03. In Two
04. In Two II
05. Sweet Tooth
06. Sierra Lift
07. Yours to Keep
08. Daisy
09. Flammarion
10. Reaction II
11. The Other Day

I told you about Blue Hawaii a while ago to present you « Try to Be » and announce the release of their first LP. With Untogether, Raphaelle Standell-Preston and Alexander Cowan leave their « pop-sound » of Blooming Summer EP to make a more experimental record which does not always succeed. They build minimalist beats, which can recall High Places, and then deconstruct them. Sampling, pitching and modelling Standell-Preston’s voice to create hamonies. Besides her voice does not always « fit » to the songs, taking a counting ryhme tone which sounds a bit disturbing, notably on « Sweet Tooth ». That is a pity, because when they take time to build and have a more « pop-sound » that is how they sound best : the opening « Follow », « Yours to Keep » or « Daisy ». I am a bit disappointed by this album, because I was expecting more from them after their EP, which you can still stream on their Bandcamp