TTT #12

Une chronique du jeudi le vendredi? Mais quelle drôle d’idée. L’essentiel c’est quand même le contenu, pas la date à laquelle elle sort. Et ça chez Twist and Sound nous savons vous gâter. Cette semaine retrouvez des découvertes sympas avec un choix varié de genres musicaux. Du pop/rock psychédélique avec Baby Guru qui nous vient d’Athènes, du jazz avec Kendrick Scott et son groupe Oracle, de la pop française avec Exsonvaldes et de l’électro anglaise avec Stubborn Heart. En espérant que vous trouviez de quoi vous ravir, je vous souhaite une bonne écoute et à bientôt pour de nouvelles aventures!
par Jean-Adrien

Baby Guru – Pieces

(Ecouter sur Deezer Soundcloud Bandcamp)
Décidément Athènes est une terre de découvertes sympathiques! Après The Noise Figures et leur blues rock proche des Black Keys, je viens de découvrir Baby Guru qui produit un rock que je qualifierais de psychédélique mais qui mêle également diverses autres choses. On retrouve beaucoup de sonorités qui évoquent le rock des années 60/70 et son psychédélisme donc (je me répète) avec des harmonies vocales, des guitares planantes par moment, des synthés tantôt planants, tantôt sous acide. L’excellent « Necessary Voodo » en ouverture en est la preuve, on se croirait renvoyé dans les méandres du psychédélisme de 69. « For Naked Sun » et son synthé au son de clavecin accomodé de choeurs façon Beach Boys, « Children », sa basse funky et son clavier façon orgue ou « Last Summer » sont du même acabit. Mais le groupe a l’intelligence de ne pas se limiter à ça et incorpore par petite touche des influences plus exotiques entre afrobeat (« Amaye ») et quasi post-rock (« Cyclamen Persicum »). Le groupe se forge au final son propre univers, assez dense mais toujours mélodique, et réussit à nous emballer. La Grèce est une terre de surprises!

Kendrick Scott Oracle – Conviction

(Ecouter sur Deezer Soundcloud)
Du jazz à gauche, du jazz à droite. Mais du bon jazz comme je commence à en prendre l’habitude. Cette fois ci j’ai découvert Kendrick Scott, un jazzman américain spécialiste de batterie, qui entouré de son groupe Oracle vient de sortir son 2e album intitulé Conviction. Et je dois dire que cet album m’a convaincu. Composé pour moitié de reprises de chanson suprenantes (« Pendulum » du groupe d’électro anglais Broadcast) ou non (« I Have A Dream » du maître Herbie Hancock) et pour autre moitié de compositions personnelles de Kendrick Scott, cet album est très agréable et mêle le jazz à d’autres influences. L’apport de sonorités funk (« Cycling Through Reality ») et de sonorités vocales grâce à la collaboration d’Alan Hampson permet de sortir cet album du carcan jazz. En plus, loin de mettre en avant ses talents de batteur, Kendrick Scott compose une musique qui met tour à tour en lumière les instruments à cuivre, les guitares et les claviers (et vu le très bon niveau des musiciens qui l’accompagnent c’est plutôt excellent) pour un ensemble cohérent et abouti. Un album très sympathique et réussi en somme.

Exsonvaldes – Lights

(Ecouter sur Deezer Bandcamp)
Une découverte très sympathique que cet album d’Exsonvaldes, groupe de pop rock originaire de Paris, que je découvrais par la même occasion malgré leurs quelques années de carrière derrière eux. Cet album a un quelque chose de Phoenix, peut-être dû au fait que le producteur du premier album des Versaillais s’est penché sur le berceau de Lights. Leur musique est un modèle du genre, elle reprend les recettes déjà éprouvées : mélodies fignolées, guitares rythmées avec des solos efficaces et alternance entre passages dansants et moments de calme. Mais le gros plus d’Exsonvaldes, ce qui m’a réellement emballé dans cet album, ce sont les chansons chantées en français, notamment « L’aérotrain » et son ambiance new wave des années 80. Ces chansons dans la langue de Molière sont disséminées par ci par là au long de l’album mais sont très réussies. Elle propose une alternance appréciable avec la pop anglo saxonne du reste de l’album et surtout une démarcation par rapport aux nombreux groupes français qui ne chantent qu’en anglais. Le tout peut au final paraître classique et déjà entendu, mais c’est ma foi très bien fait et plutôt efficace. Ce serait un tort de s’en priver!

Stubborn Heart – Stubborn Heart

(Ecouter sur Deezer)
Stubborn Heart est un duo de musique électronique qui nous vient de la terre fertile en la matière, la capitale de la perfide Albion, j’ai nommé Londres. Leur musique est assez semblable à ce que peut faire the xx ou à l’album solo de Thom Yorke The Eraser. A savoir une électro assez planante, atmosphérique, qui se veut assez expérimentale. L’ambiance est néanmoins soul, loin donc de ce que peut faire the xx, qui se cantonne à un univers très gothique et mélancolique. Les voix font irrémédiablement penser à de la soul, mais une soul passée aux filtres, triturée électroniquement et gonflée aux rythmes synthétiques. Le mélange est intéressant, imaginez Thom Yorke avec une voix de chanteur soul et vous obtenez « Penetrate », la première chanson de l’album, dont les rythmes me font furieusement penser à une compo du chanteur de Radiohead. Le reste de l’album est dans la même veine, entre traitements qui tirent parfois sur le dubstep (« Two Times A Maybe »), inspirations de R&B moderne dans le genre de SBTRKT (« Better Than This ») ou downtempo (« Head On ») et moments de haute tenue (« Need Someone » qui clôture en beauté l’album). On se retrouve au final avec un album qui peut faire penser au travail de Jamie Lidell par exemple, qui cherche à faire de la soul électronique, mais je trouve cet album bien meilleur en qualité et en inspiration.